Chemin de Sant Jaume en Catalogne de Tarragona à Lleida

print pdf

Nous ne devons pas comprendre le Chemin de Sant Jaume comme une seule route préétablie, les voies sont multiples bien que le destin soit toujours le même; c'est pour ça que des les associations et des les organismes officiels on défend l'existence d'une pluralité de Chemins de Sant Jaume.

Nous savons qu'à partir du siècle XIII il a commencé à y avoir un certain mouvement pèlerin en Catalogne, mais nous ne connaissons pas les routes qui suivaient ces marcheurs, puisqu'il y avait diverses alternatives et on n'a pas conservé itinéraires ni histoires de pèlerins qui les décrivent. Les histoires de pèlerins qui sont conservées sont postérieures. Il paraît assez logique de penser que dans la Moyen Âge les chemins principaux s'appuyaient dans l'ancien réseau romain. De ceux-ci, les plus sûrs et transités étaient ceux que reliaient les grands centres urbains, centres névralgiques qui combinaient être capital politique et religieuse. Barcelone et Vic concurrençaient en centralité et Perpiñán, Tortosa et Lérida étaient des portes d'accès à d'autres territoires. Lérida, particulièrement, était le point de départ envers les royaumes occidentaux et, par conséquent, envers Santiago. Depuis les Pyrénées jusqu'aux vallées du Segre et de l'Ebre, différents chemins permettaient de s’adresser à Compostela. Dans aucun cas ça veut dire que l'élan de la pérégrination fixe les coordonnées des voies ; le contraire, les chemins préexistaient.

Ainsi les choses, ne peut pas se parler, en sens strict et comme déjà nous avons dit, d'un itinéraire unique du pèlerinage catalan comme si qui l'était le Chemin français qui pénètre dans la Péninsule Ibérienne par Roncesvalles. En tout cas, il y a quelques voies que les experts considèrent comme celles plus habituelles pour les pèlerins qu'ils traversaient des terres catalanes:

1. Narbonne, Perpignan, la Junquera, Gerona, Sant Cugat del Vallés, Montserrat, Cervera et Lérida ; en suivant dans son premier tronçon, bonne partie de la Voie Auguste.

2. Narbonne, Perpignan, Camprodon, et de là à Ripoll, Vic, Sant Cugat del Vallés et Montserrat, Cervera et Lérida.

3. Narbonne, Perpignan, Camprodon et vers Besalú et Gerona où il est relié la route 1.

4. Narbonne, Foix, la Seu d'Urgell et Lérida en suivant le cours du Segre.

5. Narbonne, Saint Gaudens, Vielha, Huesca, Jaca. La voie moins concourue et qui affectait seulement l'extrémité la plus occidentale du Principauté.

Sans doute, des cinq itinéraires énumérés, concourues étaient les deux premiers. Il y a, toutefois, beaucoup plus de chemins comme la voie du « Pallars » qui provenait de Vielha et de Salardú, en suivant la Noguera Pallaresa ou la voie « tarraconense » (par Tarragone) qui de Barcelone baissait vers Tarragone ou Tortosa pour remonter le cours de l'Ebre. Serait presqu'impossible les énumérer tous parce que sont beaucoup les peuples et les villes de Catalogne qui gardent la mémoire du pas de pèlerins par leurs rues et chemins.

Les pèlerins qui voulaient monter à Montserrat provenant de Barcelone sortaient de la ville par la porte de San Antonio et, par la marge gauche du Llobregat, allaient vers Martorell, traversaient Masquefa, Piera, Vallbona d'Anoia, Capellades, Vilanova du Camí et Igualada et visitaient alors le sanctuaire, où ils arrivaient généralement par Collbató. Depuis le siècle XVI est aussi documentée la route par Martorell, Esparreguera et Collbató.

Depuis Igualada, les pèlerins continuaient le chemin par Jorba, Sainte Maria del Camino et Montmaneu et de suite Cervera, où il y avait un hôpital. Depuis Cervera, on continuait par Tárrega, Vilagrassa, Mollerussa, Bell-lloc d'Urgell et Lérida, où confluait une autre route qui venait de Tarragone.

Avec le pas des pèlerins, Catalogne a vu renforcés ses sanctuaires propres, spécialement le monastère de Montserrat et peut-être aussi celui de San Pedro de Rodes, qui pouvait être visité par lesquels ils passaient près du littoral en venant du Rosellón. En Gerona, quelques pèlerins visitaient la tombe de San Narcisse et, à Barcelone, beaucoup allaient à prier dans la tombe de Sainte Eulalia ou aux reliques de San Galderic.

* Guide "El Camí de Sant Jaume de Montserat a Alcarràs"

Le Chemin de Tarragone à Lleida. Cette section a une longueur de 157 km à travers sept zones géographiques et vingt-huit municipalités et a la valeur ajoutée des dépenses par les grands monastères royaux de la Route cistercienne.

 

   Description de l'itinéraire 

Powered by Wikiloc
Menu

Menu principal

Formulaire de recherche

Langues